Devenir entrepreneur ?

August 30, 2013

Lorsque j’étais élève-ingénieur de l’Ecole Centrale Paris, nous avions la chance d’avoir d’excellents professeurs. Notre professeur d’économie était Yvon Gattaz, qui allait devenir président du CNPF (aujourd’hui MEDEF). Un jour il nous a longuement parlé d’entrepreneuriat et a évoqué la « recette Gattaz » : « Pour créer une entreprise, il suffit d’avoir un tout petit peu de finances et de compétences, et beaucoup de vaillance et d’inconscience… »

Je n’étais pas particulièrement attentif. C’était à la fin des années 70, en pleine crise du pétrole, et mon ambition n’était pas de créer une entreprise mais de contribuer, par la recherche et l’innovation, à trouver des solutions à cette crise, à assurer idéalement un avenir meilleur au monde… Mon livre de chevet était « Halte à la croissance », le rapport établi par le MIT à la demande du Club de Rome.

J’ai eu rapidement la chance, à 26 ans, de me voir offrir par le Sénateur Pierre Laffitte, le créateur de Sophia Antipolis, la direction d’une équipe de recherches dans cette « Cité internationale de la sagesse, des sciences et des techniques ». Une expérience passionnante, menée avec d’autres pionniers de Sophia Antipolis, tous animés par des idéaux et le souci de « fertilisation croisée ».

Après quatre années, je décidais de créer Sigma Orionis, convaincu qu’il était possible, par des études, recherches et conseils, d’accélérer le processus recherche - innovation - marchés, notamment dans le domaine alors émergeant des technologies de l’information et de la communication.

Je n’avais pas la perspective de devenir riche en créant cette entreprise: on ne le devient pas en vendant ses heures de travail. J’étais motivé par la liberté d’agir, par cette grande satisfaction d’aller dans une direction que l’on a seul choisie. J’ai ensuite découvert beaucoup de plaisirs à développer et gérer l’entreprise. Celui de créer des emplois, de contribuer au mouvement (économique) perpétuel de nos sociétés. Celui de s’entourer de personnes que l’on choisit, avec lesquelles on peut développer un esprit d’équipe, une éthique réellement hors du commun. Celui des succès plus importants que d’autres parce que l’on a pris plus de risques en s’engageant dans ces projets, ou parce que le succès va au-delà des espoirs et même des rêves…

Un long fleuve tranquille de 30 années ? Non, bien sûr, car toute entreprise comporte probablement son lot de déceptions, d’échecs, de difficultés de tout ordre et parce que très rares sont, pour l’entrepreneur, les moments de calme, de sérénité, et de tranquillité…

Lorsque le moment de célébrer ces 30 ans s’est rapproché, je me suis posé la question : et si c’était à refaire ? N’aurait-il pas été préférable de poursuivre la carrière qui m’était promise dans la recherche ou l’industrie ? Instinctivement et après mûre réflexion, ma conclusion est la même. J’ai l’impression d’avoir choisi, il y a 30 ans, de gravir une montagne par un itinéraire nouveau, différent des itinéraires balisés. L’ascension a été risquée, difficile, mais le sentiment en arrivant au sommet est si fort…  Et il reste tellement d’autres sommets à gravir.

Gaston Rébuffat le célèbre alpiniste à qui l’on demandait un jour: « Pourquoi gravir des sommets ? » a donné une autre, et encore plus convaincante réponse des motivations de l’entrepreneur… « Mais simplement parce qu’ils sont là ! ».

Tweets

  • I've seen @eurohumph in a corner of @ict2013eu standing with students, sharing simple lunch and chatting. No cameras, no EC staff. Chapeau!
    November 8, 2013
  • Event hashtag #ICTArt2013 @SigmaOrionis @RogerTorrenti @honorharger @seb_ly @waag @BrainAnalyser @eurohumph @swampgirl67 @AnnaDumitriu
    November 8, 2013
  • We met so many interesting people and projects @ict2013eu! Looking forward to @EU_H2020 #ICT2013eu
    November 8, 2013
  • We Won!!! “@ict2013eu: ICT and art winner cluster 5 #ICT2013eu http://t.co/NwETbAisrl”
    November 8, 2013

Newsletter

© Sigma Orionis 2014 - Sitemap - Mentions Légales